Un week-end à Nantes

Publié le par La Grosse Zèbre



Il y a des fois, où la ville qu'on habite est morte, et d'autres fois, où l'on ne sait plus où donner de la tête! Ce week-end il en sera le cas ainsi sur Nantes. A défaut du beau temps, de belles rencontres se sont données rendez-vousz dans la capitale des Ducs de Bretagne et la Zèbre ne saît plus où donner de la tête.

Primo, le
Belem est de retour à Nantes:

Photo L'Internaute Magazine / Nathalie Favreau


Témoin toujours vivant de l'histoire industrielle et portuaire d'une ville qui l'a vu naître le 16 juin 1896, le Belem, a trouvé à Nantes son port d'attache. Ce célèbre trois-mâts du XIXème siècle, construit en 1896 par les Chantiers Dubigeon à Chantenay sur Loire, a la particularité d'être toujours en navigation.  Le navire mesure 48 mètres de longueur et 8,8 mètres de largeur. Chaque automne, le fameux trois-mâts aux accents épicés des Antilles vient faire escale entre deux campagnes sur les mers du globe.
Au bout du quai de la Fosse, il s'amarre à proximité du Maillé-Brézé, ancien escorteur d'escadre de la Marine nationale, aujourd'hui transformé en musée. Le Belem lui est aujourd'hui devenu un navire-école appartenant à la Fondation Belem des Caisses d'Epargne.
Il sera donc à contempler ce week-end, le 6 et 7 juin 2009 près de la Gare Maritime. Puis petit plus bon plan: si vous êtes client de la banque avec l'écureuil, il suffit de présenter un titre de paiement avec le logo rouge et vous payez moitié prix pour l'entrée (quoi que pas très élevé: 4 € contre 2 € tarif réduit). Il est ouvert à la visite durant le week-end de 10h à 16h30.

Puis secundo, les Géants sont de retour: "La géante du Titanic et le scaphandrier" de Royal de Luxe. Suivez pas à pas et en images, les parcours de la petite géante du Titanic et le scaphandrier de Royal de Luxe dans la ville en
cliquant ici! Peut-être que nous nous croiserons dans la foule



"En 1912 coulait le Titanic.

Mais ce que l'histoire n'a pas retenu c'est qu'il transportait en secret une géante de 10 m de hauteur, capturée dans la Terre des glaces, à l'époque gouvernée par le Danemark (1).

L'Islande, faite de volcans, abritait alors certains géants fort occupés à moduler le paysage pour en faire une terre habitable. L'un d'entre eux, ou plutôt l'une d'entre elles, avait pour tâche de faire apparaître d'immenses geysers destinés à correspondre d'une montagne à l'autre : un peu comme les Indiens d'Amérique avec leurs nuages de fumée, ou l'invention du sémaphore à la Révolution Française.

Des corsaires anglais, à la solde de sa Majesté, capturèrent la géante.
Elle fut embarquée clandestinement dans une cale du Titanic afin d'être exhibée dans le nouveau monde et démontrer ainsi la suprématie du Royaume-Uni.

Comme chacun sait, le navire déchiré par un iceberg venant du nord d'Islande, sombra et par le fait notre géante avec.

Mais comme tout passager du bâtiment notre géante avait de la famille : un frère nommé "le Géant" et une fille appelée "Petite Géante" (2).

Durant la capture de sa mère, la Petite Géante s'enfuit sur un bateau. Le Géant, occupé à scier des icebergs constata à son retour la disparition de ses amis.

Durant de longues années, il parcourut le fond des océans et finit par retrouver l'épave. Il enterra sa soeur au fond de la mer et découvrit la malle poste du paquebot gisant à quelques centaines de mètres de la carcasse brisée.

Alors il décida de distribuer le courrier du vaisseau mythologique et de rejoindre sa nièce : la Petite Géante."

 


Post Scriptum
(1) Un an plus tard, l'Islande accédait à son indépendance
(2) Le père décédé quelques années plus tôt, exerçant la même occupation que son beau-frère, fut
broyé par deux icebergs.

Jean-Luc Courcoult,
auteur – metteur en scène.

 



Crédit Images: Ville de Nantes

Commenter cet article

Christine 28/07/2009 09:42

ahhhh Nantes, j'adore cette ville !