De la difficulté d'être musulmane en France

Publié le par La Grosse Zèbre



Je ne parlerai pas de la polémique autour de la burqa aujourd’hui. Je suis absolument horrifiée par cette loi et je me demande bien ou est là fameuse liberté prônée dans la Déclaration des Droits de l’Homme dont se vante notre pays. Non, aujourd’hui, j’aimerais vous parler de la complexité du fait d’être musulmane convertie en France.

Aujourd’hui, et pour diverses raisons, je ne suis pas voilée. Pourtant je suis musulmane depuis février 2006 et ce jour là, ma vie a changé. En effet, je me suis convertie en « connaissance de cause », de mon plein gré, ayant découvert une religion de paix et d’amour qui m’apportait les réponses aux questions que j’avais. Mon esprit y a trouvé du repos et de l’absolution, mon cœur de la sérénité et de la confiance. Mais voilà, je suis mariée à un musulman et cet acte émanant de moi et de ma propre volonté sera, et ce, jusqu’à la fin de mes jours un « handicap ». Premièrement, beaucoup de personnes pensent que je me suis convertie par « amour », pour mon mari ou par pression de ma belle-famille. Pensez-vous vraiment qu’une telle décision se prend à la légère ? Pensez-vous que l’on doit se convertir pour son époux ? Le jour où j’ai embrassé l’Islam, c’était suite à es révélations, c’était par amour pour mon Créateur, Allah azawajel, son message de paix et l’enseignement transmis à et par notre prophète Muhammad, que la paix soit sur lui.  C’est une nouvelle difficile à annoncer, et à ce jour, starfighoullah, toute ma famille ne le sait pas encore.

Oui, mais le voile dans tout ca ? Il est ou mon problème. Le problème est que je suis une musulmane invisible. "L'habit ne fait pas le moine", certes,  je prie, je jeûne, je fais zakat, dans la pudeur que m’a enseigné le prophète. Je crois en Allah et que Muhammad est son prophète, mais je ne porte pas de signe religieux extérieur. Et ce voile qu'Allah nous a ordonné pour préserver notre pudeur est devenu un symbole religieux et dans mon pays la France, (mais au Maroc aussi d'ailleurs) ma propre communauté ne me reconnait pas. Quand je passe le salam a une sœur voilée, rares sont celles qui me répondent, se demandant pourquoi je les salue, moi, la femme non-voilée. A chaque fois que je croise une femme voilée, mon cœur bat de joie, je suis heureuse de la croiser. Je lui souris et la regarde. Souvent, son regard se détourne, soit gêné, soit indifférent, se demandant si je la regarde par pitié, hypocrisie, moquerie, curiosité,… alors que non… Allah sait à quel point j’aimerais me voiler, mais à ce jour je ne peux pas. Cette épreuve m’attends encore, car face à ma famille cela en sera une. Les frères ne voient en moi qu’une française kouffar comme les autres. Pour les personnes qui savent ma conversion, c’est une lubie qui passera, surtout si mon mari me quitte. Je redeviendrai normale. Et vue que je suis convertie non-voilée, non-distinguée, on ne fera pas d’effort pour respecter ma foi. On me proposera de l’alcool (mais c’est juste des chocolats avec une goutte d’alcool, tu peux faire une exception, non ?), on me servira de la viande non-hallal, voir même du porc, et on me sortira les clichés éternels sur l’Islam (Merci Betty Mahmoudy pour le bien que tu auras fait à nous les converties). Donc à ce jour, pour ma communauté et pour mon entourage, je suis invisible, je suis illégitime, je suis une convertie non-voilée.

Mais ce jour là, ma communauté me reconnaîtra comme musulmane à part entière. Et c’est cette légitimité que veut m’enlever le gouvernement en voulant interdire le port du voile en lieux publics, à l’école, administrations, etc… Voilée, j’aurais peu de chances de travailler. Voilée, je me ferais insulter par des personnes bien-intentionnées qui me diront de retourner dans « mon » pays. Voilée, je ne serais qu’une femme soumise de plus pour eux, ma famille la première qui ne comprendra pas mon geste et soupçonneras mon mari de m’avoir forcé la main. Voilée et convertie, je serais peut-être qualifiée d’extrémiste par des personnes de tradition musulmane (ou pas d’ailleurs) qui ne conçoivent pas une pratique de la foi avec un signe extérieur distinctif. Voilée, certains de mes amis me tourneront le dos (d’ailleurs note à part, je comprends que certaines converties, optent entre autre pour la burqa pour que ces chers gens bien intentionnés ne voient pas qu’elles sont françaises, blanches comme eux et moi et qui seraient offusqués, voir scandalisés de voir une femme de « culture civilisée » s’envelopper dans un grand voile). Mais voilée, j’obéirai à mon Seigneur, et c’est bien voilée que je veux finir ma vie. C’est pour cela que je fais un appel à tous : je ne suis pas une plus mauvaise musulmane que vous parce que je ne suis pas voilée, je suis muslima et fière de l’être, reconnaissez-moi. Je suis française et libre de mes choix, de mes convictions et le fait d’être musulmane et voilée ne fera pas de moi une fille, petite-fille, nièce, sœur, amie, voisine plus mauvaise, au contraire, acceptez-moi. Je ne peux que tendre la main aux deux parties pour ne plus être assise entre deux chaises. Sous tout voile il y a une femme comme les autres. Et parfois, il y a des femmes qui doivent porter un voile invisible, accueillez-les ! Barakallahoufik pour votre lecture de ce billet fort décousu mais qui me tenait à cœur.

P.S. Si vous voulez un très bon témoignage d'une soeur convertie, je vous invite à lire le livre de Oum Jounayd, "Musulmane dans une famille de français". Vous le trouverez ici, entre autres. Et pour compléter mon artcile, je vous invite à lire le dossier préparé par notre soeur fillah Asma sur le port du voile (cliquez ici pour le lire) . Voilà, j'ai jetté mon pavé dans la mare!


Publié dans raconte sa life...

Commenter cet article

Zoziau 02/06/2011 08:27



Ce texte est touchant. Il pose le problème de la liberté individuelle. La liberté religieuse. Je trouve ... comment dire ? Je trouve que cette quasi-obligation actuelle, pour les femmes, d'être
visible au regard des hommes, bien aussi choquante que peut l'être l'obligation de se cacher. C'est comme si notre corps appartenait à tous les hommes, du moins visuellement.Au nom de la liberté
féminine, ils veulent nous voir, posséder un peu de nous.


Il y a 60 ans, toutes les femmes en France portaient un foulard, du moins dans la rue, cétait une question d'hygiène et de décence. Il y a 150 ans, les seules femmes à se promener "en cheveux" -
càd la tête non couverte étaient les prostituées. Aujourd'hui, on n'a plus le droit de se couvrir la tête dans les lieux publics... Le monde à l'envers.


Enfin, si, moi je peux : je ne suis pas musulmane, et si je porte un foulard, personne n'osera le moindre commentaire. Qu'on essaie seulement !


Je vis pourtant quelque chose de similaire : mes choix spirituels ne sont pas évidents à vivre de manière ouverte. J'hésite sans cesse, tiraillée, entre "être ce que je suis" de manière
invisible, ou le revendiquer ouvertement. Je porte un signe distinctif, qui n'est reconnaissable que par certains - ceux qui partagent ma spiritualité comme ceux qui la craignent ou la haïssent,
mais je sais qu'il n'a qu'un sens général, qui ne reflète finalement pas grand'chose de moi ou de mes croyances. Parfois je voudrais faire plus, l'afficher sur la porte de ma maison, le déclarer
avec humour sur un t-shirt... Puis je me dis "Pour vivre heureux, vivons caché"... Mon destin n'est pas de devenir prêtresse de ma religion, comme l'est une nonne en couvent par exemple, je ne
serai ni vêtue, ni coiffée de manière reconnaissable, personne ne saura, mais c'est par chacun de mes gestes de la vie quotidienne, chacune de mes pensées, sans rite, vêture, prière particulière,
que je ferai la différence.



ummayman 21/07/2009 16:12

Assalam aleikum oukhtyMashaAllah, je parlais justement hier avec une soeur au sujet du voile,cette question qui me taraude depuis 3 ans...et je me suis reconnue presque mot pour mot dans tes propos. Quelle justesse dans l'analyse de notre vécu, nous les converties non voilées. Je t'exprime toute ma reconnaissance d'avoir formulé ce que certaines d'entre nous vivent et l'ambivalance de notre situation à la fois vis à vis de notre société et de notre communauté, parfois aussi prompts à juger les uns que les autres. Pour ma part j'ai vécu au Maroc dès les premières années de ma conversion et je me suis voilée tout naturellement et le vivais très bien là-bas. Mais pour différentes raisons mon mari et moi avons décidé de venir nous installer en France.J'ai ôté mon voile, malgré moi. Mais depuis ce jour j'aspire à le remettre mais pour diverses raisons, commme tu le dis toi aussi, je n'y suis pas encore parvenue.Pour ma famille et la société française, c'est un peu une victoire et "un retour à la raison" de ma part, mais ils ignorent ce que cela me coûte.J'aspire à être reconnue comme une musulmane à part entière autant par ma société d'origine que par mes frères et mes soeurs en Islam. Je ne suis pas moins musulmane depuis que je ne porte plus le voile, et comme le dit notre soeur Madame Malika Dif, "il y a des des soeurs sous le foulard desquelles se cachent des choses que Dieu réprouve, et d'autres qui ne portent rien mais que Dieu agrée certainement (...)On ne mesure pas le degré d'islamité ou le degré de foi de la personne aux vêtements qu'elle porte car Dieu seul peut juger de cette question."(FMPI réf 139)Barakallahu fiki ma soeur et qu'Allah ta'ala nous pardonne nos erreurs, raffermisse notre foi, nous facilite et nous guide. Amîn.Boussa

Angèle 05/07/2009 01:24

La mécréante que je suis te soutient de tout son être au nom de la liberté d'être ce que l'on est au plus profond de soi et si un jour on vient à se rencontrer, je tiens à te voir TOI. Voilée donc. Et ça sera parfait :DMerci pour ce billet.

Steph 03/07/2009 19:31

Salam aleykoum ourtyCe que tu dis dans ton billet et tellement vrai et touchant... Beaucoup de converties ont dû passer par là également, ce n'est vraiment pas simple. Tu sais,c'est toi qui m'a aidé à me "lancer" pour le hijab, j'étais motivée mais il me manquait un petit quelque chose pour franchir le pas. Te voir si forte m'a boosté et Hamdoullah, je te remercie beaucoup.Je te souhaite de tout coeur de pouvoir un jour le porter et que tu sentes libéré (et oui, j'ai bien dis libéré). Plus je lis de témoignages comme le tiens, plus je me dis que la hijra est surement la meilleure chose à faire, ici tout est fait pour nous décourager, nous rabaisser, voir même humilier.Boussa boussa !

Jasmine 03/07/2009 16:19

Salam oualeykoum la zèbre, j'ai lu ton billet et je ressens de la douleur. Inchaallah tu auras la force de suivre ta convistion comme tu le souhaite, en essayant de mettre de coté les autres. Je ne sais pas si tu as déjà lu la partir de mon blog où je parle de ce fameux port du voile... Bien c'est comme tu l'a décrit, ma famille na pas apprécié, on a pensé que mon mari me battait, etc etc... Ca fait presque un an déjà, les choses ont un peu bougées, mais pas tant que ça. Si tu veux le lien de mon histoire je te le donnerais avec plizir, boussa