Masser son enfant

Publié le par La Grosse Zèbre

Mon fils, hamdoulillah est un garon éveillé et actif. C'est vrai que le soir, je suis presque plus fatiguée que lui. Ce n'est que très tard que nous en sommes venu au massage pour bébé qui nous a permis de nous relaxer tout les deux au lieu de s'ennerver et finir la jounrée dans les pleurs et les cris.

Pourtant, dans ma famille, j'ai vu ma mère masser mon frère handicapé afin de lui donner toute la sensation et les limites de son corps, de lui apporter le toucher qui stimulera ses sens, la chaleur et la douceur nécéssaire pour le faire grandir.

Dans ma belle-famille marocain, mes belles-tantes et cousines, ainsi que toutes les mamans d'enfants en bas-âge au hammam prennent le temps apès le savonnage de masser leurs enfant avec de l'huile d'olive, pour détendre, adoucir la peau et inspecter le corps de leurs enfants.

Toucher, caresser, bisouiller, souffler, humer la peau. Ces getses presque bestiaux m'ont permis à moi de lâcher ma tension, de détendre mon enfant et de passer un moment privilégié avec lui. Au fur et à mesure de nos séances, après un contrat visuel pour voir si tous les deux sommes prêts à échanger ce moment, mon fils a appris a apprécier ces gestes, il est devenu demander, arrive à me guider en se tournant vers les parties du corps qu'il souhaite que je lui masse. Mais il sait aussi me faire comprendre quand il en a marre, quand une caresse, un toucher lui est désagréable. Parfois aussi, il vient me chercher en se frottant les mains, le geste que je fais quand j'enduit mes mains d'huile d'olive ou d'argan avant de le masser. Il est devenu demander et a pris une autre conscience, une autre dimension de son corps d'enfant.

J'avoue qu'au départ, je n'ai pas éprouvé le besoin d'en savoir plus, laissant mon instinct et ses réactions guider mes mains sur son corps nu, faisant juste attention d'être dans une chambre chauffée, au calme. Puis heureux hasard, dans le magazine de Novembre/Décembre 08 de "Grandir Autrement", le dossier spécial est consacré au masage bébé. Je m'y plonge à coeur joie, m'incitant à chercher plus. Je découvre l'aspect thérapeutique aussi du massage, autre que la stimulation externe. Pour être plus parlante, un exemple très récent: mon fisl est constipé, très agité, je vois bien qu'il n'est pas bien et qu'il souffre. Je tente donc le massage du ventre en demi-lune et cercles appuyés, ayant comme indiqué mis une couche propre en dessous de lui, car ce massage s'avère très efficace. Je le masse, il se calme, mais rien ne se passe. Bon, j'ai du mal masser, ou ca ne marche pas sur mon fils. Que néni, j'étais juste trop impatiente pour attendre un peu que le trajet se fasse de l'intestin jusqu'à la sortie. Le lendemain matin, cataclysme, mon fils s'était bien vidé, tartiné du haut en bas, mais tellement soulagé. Et malgré le fait d'être dans la emrde dès le matin, je me suis retrouvée contente d'avoir appris de soigner mon fils aussi par mes mains. Et maintenant ni lui ni moi ne pouvons nous passer de ce moment d'intimité après son bain. surtout après une journée de séparation. On se retrouve grâce à ce geste ancestral.





- Grandir Autrement Numéro 14 Novembre/Décembre 2008

- Atelier "Massage Bébé" avec l'association "Materner avec un grand Aime" dans le 92. Pour plus d'infos, cliquez ici

Très bon petit livre clair et précis qui donne des indications sur comment faire et aussi un court historique du massage enfant. Je le conseille vivement, surtout pour les débutantes.

-
 Un très beau livre avec pleins de photos sur le massage Shantala traditionnel indien, une source d'inspiration et une invitation au voyage aussi

Commenter cet article

botaneige 25/01/2009 21:29

Bel article merci beaucoup ! Ca me donne vraiment envie... chez nous c'est huile d'olive ou de noyau d'abricot... mais Charlie est rarement dispo. Ca viendra peut être avec le temps (j'espère :-))

Lucie Trellu 20/01/2009 15:18

C'est vriament super, ce moment partagé ! A la naissance de mon fils, j'avais acheté de l'huile de massage Weleda au Calendula, pour le masser. Mais il s'est avéré très difficile de pouvoir le faire dans de bonnes conditions, surtout que dès qu'il a pu s'asseoir, il ne supportait plus qu'on le couche, même le change était devenu un calvaire ! Et rester en place pour se faire masser n'était manifestement pas son truc... C'est maintenant qu'il a deux ans et demi et se révèle avoir la peau aussi sèche que sa maman que j'ai ressorti mon "huile magique". J'arrive à lui en mettre à peu près un soir sur deux, après d'âpres négociations pour qu'il se tienne tranquille. Et pourtant, c'est un enfant très câlin ! Mais il ne tient toujours pas en place...

nour 20/01/2009 14:31

oh! tu pars ds 12 jours! ne te fais dépasser par les événements tu pourrais louper le concours! ;-pppp