Petit texte pour ceux qui "n'ont pas le temps"

Publié le par La Grosse Zèbre

Un homme s'assit dans le métro à Washington et se mit à jouer du violon; c'était un matin froid de janvier. Il joua six morceaux de Bach pendant environ 45 minutes. On a calculé que pendant ce temps, à une heure d'affluence, plusieurs milliers de voyageurs avaient traversé la station, la plupart d'entre eux pour se rendre à leur travail.

Au bout de trois minutes, un homme d'âge moyen remarqua qu'un musicien était en train de jouer. Il ralentit le pas quelques quelques instants puis s'empressa de rattrapper le temps perdu. Une minute plus tard, le violoniste reçut son premier pourboire: une femme jeta un dollar devant lui, sans ralentir, tout en continuant à marcher. Quelques minutes plus tard, quelqu'un s'adossa au mur pour l'écouter: il regarda sa montre puis reprit sa marche, étant visiblement en retard à son travail.

C'est un petit garçon de trois ans qui fut le plus attentif. Sa mère était visiblement pressée mais l'enfant voulut s'arrêter pour regarder le violoniste. La mère le tira par la main et l'enfant se remit à marcher à contrecoeur, en gardant la tête tournée en arrière.

 Le même phénomène se répéta avec plusieurs autres enfants. Tous les parents sans exception les forcèrent à avancer. Pendant les 45 minutes où le musicien jouait, seulement 6 personnes s'arrêtèrent pour l'écouter quelques instants. Une vingtaine d'entre eux lui donnèrent un pourboire tout en continuant à marcher normalement. La recette fut de 32 dollars.

Quand il s'arrêta de jouer et que le silence se fit, personne n'y prêta attention. Personne n'applaudit ni ne manifesta un signe de reconnaissance. Personne ne le savait mais le violoniste était Joshua Bell, l'un des plus grands musiciens au monde. Il avait interprété l'un des morceaux les plus difficiles jamais écrits, sur un violon d'une valeur de 3,5 millions de dollars.

Deux jours plus tôt, il jouait à guichets fermés dans une salle de Boston où le prix moyen des places atteignait 100 dollars. Ceci est une histoire vraie. On a fait jouer Joshua Bell incognito dans le métro dans le cadre d'une expérience conduite par le Washington Post sur la perception, le goût et les priorités des gens. Il s'agissait de savoir si nous sommes capables, dans un endroit ordinaire et à une heure inapproppriée, de percevoir la beauté.



Est-ce qu'on s'arrête pour l'apprécier?

Reconnaissons-nous le talent dans un contexte inattendu?

L'une des conclusions possibles à cette expérience pourrait être celle-ci: si nous n'avons pas une minute à perdre pour écouter l'un des plus grands musiciens du monde, combien d'autres choses ratons-nous?




J'ai trouvé cette belle histoire chez la Marquise de Carabas et j'avoue avoir pris le temps de la copier sans scrupules pour vous inviter à réfléchir tout comme moi, il ml'a invité à relativiser mon manque de temps, apprendre à s'arrêter de nouveau et d'observer, écouter, aimer... Que pensez-vous de cette histoire? Exagéré ou malheureusement triste réalité? Je serais curieuse de lire votre avis...

Publié dans médite et réfléchit

Commenter cet article

Mamancalins 28/05/2009 19:50

Pour répondre, je la trouve malheureusement triste,ton histoire, bien entendu. C'est vrai  que notre temps ne nous laisse pas une minute, plus vite, toujours plus vite. Peut-être plus en amérique qu'ailleurs, je ne sais pas!

patmamy 30/03/2009 23:03

coucou, escuses moi mais je voudrais juste te demander une chose.as-tu envoyés mon colis? je te demande cela pas pour te presser mais juste en renseignement.Car j'ai eu la farce avec le colis de kalonka qui n'est jamais arrivé chez moi ni retourné chez elle on ne sait pas ce qu'il est devenu et j'ai peur que cette mésaventure ne se soit reproduite avec le tien.bz patmamy

Mema 27/03/2009 14:41

Triste réalité... je ne crois pas que les gens sont moins sensible à la beauté, mais la vie leur impose un rythme dont ils se croient prisonnier. Sur que plusieurs ont due regretter de ne pas s'arrêter,  pretextant le manque de temps; sur que certains ont dû regretter de ne pas avoir fait plus attention à cet homme qui jouait de la musique dans le métro, la tête dans leur préocupation urgente du moment, ils n'ont même pas entendu la  musique...Sur que la plupart pensent qu'ils n'avaient pas le choix, qu'ils devaient continuer leur chemin... et leur errreur est là, on a toujours le choix...

Angèle 26/03/2009 23:40

Avis d'une qui s'arrête toujours quand elle est émue par ce qui se passe et qui donne à chaque fois qu'elle le peut :1/Oui, beaucoup se foutent de la beauté des choses, du moment...et passent leur chemin sans prêter plus d'attention que cela.2/ Trop aussi donnent de l'importance aux choses en fonction de la "valeur" qui leur est accordée. S'ils avaient su qui jouait, il se seraient arrêtés, j'en suis sûre ! Et je trouve ça naze !