Soupe au Lait

Publié le par La Grosse Zèbre

Ce matin, par la fenêtre/Heute morgen am Fenster
Dimanche matin, tête dans les brumes d'un week-end qui se veut douillet. Mon cœur et ma tête sont lourds par la fatigue et le rhume qui s'installent,  et la nature a décidé d'en faire de même. Du haut de l'appartement sur les toits nous avons normalement une vue jusqu'au "Alpes Mancelles", mais ce jour-ci, impossible de voir plus loin que le bout de son nez. L'horizon se limite aux maisons des voisins et même les arbres se cachent dans l'épais brouillard. L'air est froid, vif et tout les sons semblent feutrés, gelés dans ce temps qui ne sait pas si il doit se lever ou pas... J'aime ces instants de froideur de la nature, ces instants où l'haleine ressort sous forme de nuage de ma bouche pour s'évaporer dans l'air. Vivement novembre alors!

Publié dans dans l'air du temps

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article